Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2018

Jean-Marie Straub à Metz vendredi 25 mai

A l'invitation des associations Ciné Art et l’œil à l'écran, Jean-Marie Straub sera à Metz le 25 mai prochain à 20h au cinéma Caméo de Metz

Il présentera un programme de trois films :

(en présence également du réalisateur Jean-Charles Fitoussi)

Machorka Muff (1962, 18 min.)

Le premier film de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, dans sa version restaurée.

"Film adapté du Journal du général Erich von Teuf-Teufzim dans la capitale fédérale de Heinrich Böll qui pousse le romanesque dans l'épure poétique : "un rêve symboliquement abstrait, pas une histoire", prévient le carton du prégénérique.

Pour leur premier film, Les Straub abordent la résurgence toujours possible du nazisme dans l'Allemagne de l'après-guerre. Le retour des vieux démons, l'armée qui sera rétabli au nom des mêmes mots : honneur, patrie, ordre et par la même bourgeoisie motivée par le pouvoir.

Sous la douce splendeur de l'Allemagne (le panoramique à 360° sur la place lorsque le colonel, futur général, va se promener), sous son aspect civil grince l'orgue de François Louis qui a composé en 1957 ces Permutations titre qui va comme un gant à ce film dénonçant la reprise avec d'autres hommes des mêmes principes d'un pouvoir qui échappe au peuple." (Ciné-club de Caen)

 


 

L'aquarium et la nation (2015, 31 min.)

 

Un film en trois parties: un aquarium avec des poissons; Aimé Agnel lisant des extraits de Les Noyers de l’Altenburg (1948) d’André Malraux devant une baie vitrée; un extrait de La Marseillaise (1938) de Jean Renoir.

 

 

 

Gens du Lac (2018, 18 min.)

 

C’est la mise au jour d’un document attestant des services rendus pendant l’Occupation par deux parents pêcheurs sur le Lac Léman, qui déclenche l’enquête que l’auteure suisse Janine Massard entreprend dans son roman Gens du lac paru en 2013. Jean-Marie Straub retrace l’itinéraire du fils, Paulus, comme Danièle Huillet et lui firent celui de Jean Bricard il y a un peu plus de dix ans dans leur dernier film commun.
Gens du lac ne déroge pas à la règle qui fait de chaque Straubfilm le relevé d’une situation historique où des hommes ont résisté (Daney). À bord d’une barque, presque sans quitter les eaux du lac, le film évoque la vie de ce fils unique à qui la pratique de la pêche a donné des frères, de l’apprentissage du métier au secours des fugitifs et à l’approvisionnement de la Résistance en vivres, puis à sa contribution à l’émergence d’une gauche nouvelle dans la Suisse romande de l’après-guerre.
Retrouvant la naissance de l’acte politique dans l’exercice d’une hospitalité inconditionnelle, Straub dissipe peu à peu l’impression paisible et l’esprit conservateur de ce paysage « aimable, émollient même », et distingue le silence « recommandé durant les hostilités » de celui qui conjure ensuite de ne pas troubler l’ordre politique.
Si les gens du lac ne gardent pas une frontière, ils appartiennent en revanche à un front.  (Antoine Thirion)
  
           

 

Le réalisateur Jean-Charles Fitoussi, qui a accompagné Danièle Huillet et Jean-Marie Straub en tant qu'assistant sur plusieurs de leurs films de 1996 à 2007 et qui a réalisé notamment Sicilia! Si gira en 2001 (documentaire sur leur travail de cinéaste), sera présent à la séance et proposera un court hommage à Jean-Marie Straub (réalisé à l'occasion de son anniversaire en janvier 2018).

 

Screenshot-2018-5-14 Hommage à Jean-Marie Straub - 08 01 2018 - réalisation Jean-Charles Fitoussi(1).png